6 questions à te poser pendant ta recherche de job

6 questions à te poser pendant ta recherche de CDI

Tu l’avais attendu, peut-être même redouté, mais ça y est : le moment de rechercher ton job est arrivé. Même si tu t’y es préparé psychologiquement, la quête d’un CDI n’est pas toujours rose et donne du fil à retordre même aux plus téméraires !

Voici les 6 questions que les Talent Coach elinoï te conseillent de te poser avant de chercher ton premier / prochain CDI. Tu peux nous croire : ceux qui se les posent trop tardivement s’en mordent les doigts !

1 . Qu’est-ce que je veux ? 

Cette question paraît basique, non ? Pourtant dans les faits, rares sont ceux qui prennent réellement le temps de se la poser. Si tu comptes décrocher un job pour lequel tu seras motivé de te lever tous les matins, il va bien falloir commencer par savoir ce que tu aimes, ce qui t’anime, pour que tu sois certain de t’épanouir dans ton premier job !

Assieds toi à une table, muni de ton plus fidèle stylo, et commence à décrire ce que serait la pire et la meilleure expérience professionnelle à tes yeux. Ensuite, pose toi ces quelques questions : qu’est-ce que tu as aimé dans tes anciennes expériences ? Au contraire, qu’est-ce que tu ne souhaiterais surtout pas connaître à nouveau ? Avec quel type de personnes aimerais-tu travailler ? Enfin, dans quel secteur d’activité aimerais-tu travailler, et quel type d’entreprise souhaiterais-tu rejoindre : startup ou grand groupe ?

Cet exercice n’est pas aussi simple simple qu’il en a l’air ! En outre, un concept japonais appelé l’Ikigai peut te permettre de te poser les bonnes questions afin de trouver le point de convergence entre la personne que tu es et celle que tu souhaites devenir.

2 . Ai-je les compétences pour faire ce que je veux ? Sinon, que faire ? 

Ok, tu sais maintenant plus précisément ce que tu veux faire (ou alors tu l’as toujours su, et tant mieux !). Maintenant, il va falloir être honnête avec toi-même : as-tu les compétences pour obtenir le job de tes rêves ? Si tel est le cas, tant mieux, mais garde en tête que tu es encore junior. Sinon, ce n’est pas grave, car nombreux sont les moyens pour arriver à tes fins. Entre MOOCs en ligne, formations digitales gratuites, stages : s’auto-former n’a jamais été plus facile qu’aujourd’hui. Les recruteurs, surtout en startups, valorisent énormément la curiosité et l’envie de progresser en permanence.

3 . Quelles sont mes priorités ?

Dans n’importe quel job, des missions vont te plaire et d’autres moins. En fait, c’est vrai dans la vie en général. Alors il faut faire des choix, et pour cela, rien de tel que de lister ses priorités ! Tu peux tout à fait trouver un job avec des horaires flexibles et t’en réjouir ; s’il ne coche pas d’autres cases plus importantes à tes yeux il faudra le laisser de côté.

Pour ce faire, demande toi si tel besoin est vraiment nécessaire ou juste confortable. Trie tes priorités en 2 colonnes selon ces dernières caractéristiques (nécessaire ou confortable). Si le job ne remplit pas la totalité de tes nécessités : ne fais pas de compromis, tu trouveras sans doute mieux !

4 . Suis-je honnête avec moi même ?

Après s’être posé ces trois questions, il est malheureusement trop facile de se laisser aller dans la facilité par désespoir, et abandonner tout ce qu’on s’était promis de trouver. Mais n’oublie pas une chose : si le job ne te convient qu’à moitié, tu ne conviendras également qu’à moitié à tes employeurs ! Ce que ça veut dire ? Que te précipiter te fera perdre du temps, de l’énergie et de l’enthousiasme, à toi et à tes employeurs.

5 . Ai-je la bonne approche ?

Arrivé jusqu’ici, tu as fait la plus grande partie du boulot. Encourageant, non ? Désormais tu dois donner le meilleur de toi même pour décrocher des entretiens. Pour savoir si tu es dans le bon état d’esprit, il existe un moyen simple : adaptes-tu tes lettres de motivation, ton cv et ton discours à la boîte que tu approches ? Si tel n’est pas le cas, il va falloir redresser la barre !

Informe toi sur la culture de l’entreprise, l’ambiance, les habitudes et les rituels, et adapte ton discours pour montrer que cela te correspond parfaitement. En général, ce travail te permet également de savoir si tu veux réellement ce job, car tu dois croire en ce que tu avances. Explique pourquoi tout, dans ton parcours, converge pour qu’ils aient besoin de toi à ce poste !

6 . A quelle rémunération prétendre ?   

Même si ce n’est pas évident lorsque l’on est jeune diplômé, il est fondamental d’avoir conscience de la valeur que l’on a sur le marché. Cela t’évitera des déconvenues et te fera d’emblée passer pour quelqu’un de rigoureux et de sérieux aux yeux des recruteurs.

Bien sûr, cette fourchette de rémunération varie selon la famille de métiers, l’expérience, et la taille de l’entreprise. Fort heureusement, il existe de nombreuses ressources en ligne pour t’aider à t’y retrouver : certains sites répertorient anonymement les rémunérations des salariés d’entreprises différentes, mais à poste et expérience égal (ex : glassdoor).

Enfin, – parlons peu parlons bien –  en tant que jeune diplômé d’une bonne école, tu peux souvent prétendre à un premier salaire entre 35 et 45 K€ en package total ; voire même parfois encore plus si le job est accompagné de beaucoup de variable (typiquement : les métiers commerciaux BtoB).

Si tu prends le temps de te poser ces 6 questions lors de la recherche de ton premier ou prochain CDI, nul doute que tu mets toutes les chances de ton côté pour démarrer un job dans lequel t’épanouir. Encore faut-il ensuite réussir l’entretien, mais ça, c’est une autre histoire ! Désormais, la balle est dans ton camp !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *