Ce que j’aurais aimé savoir avant de signer mon 1er CDI

rédigé par L'équipe elinoï - 4 mai 2022
Retour

Jeune diplômé, le grand jour est arrivé. Vous voilà enfin dans le monde du travail. Fini la recherche du énième stage et le casse-tête des conventions auprès de l’administration, cette fois, c’est la bonne. Après une série d’entretiens, vous décrochez votre premier CDI ! Heureux, vous foncez. Seulement, signer son premier contrat, ce n’est pas à prendre à la légère. Alors avant de sauter le pas sans réfléchir, voici quelques conseils et points à vérifier pour ne pas vous tromper. C’est parti !

Les missions

“Suis-je vraiment sûr que ce job matche bien avec mes compétences ?” ; “Quelles sont mes perspectives d’évolution à moyen termes ?” ; “Les objectifs fixés par mon futur manager sont-ils clairs ?”

Quand on rejoint une entreprise en CDI, c’est a priori (du moins on vous le souhaite) pour y rester plusieurs années. Donc pour éviter les mauvaises surprises, prenez bien le temps de vous poser ces questions avant de vous embarquer dans l’aventure. 

En parlant d’ailleurs de missions et de manager, vous avez normalement rencontré ce dernier au cours d’un ou plusieurs entretiens. Au quotidien, c’est la personne qui va vous encadrer et vous faire progresser : c’est donc essentiel qu’il y ait un fit entre vous deux ! Dans le cas contraire et si vous avez un doute, n’hésitez pas à solliciter un entretien rapide avec lui ou elle avant d’accepter l’offre. Ce ne sera jamais mal perçu, souvenez-vous qu’ils vous veulent dans leur équipe ! 

La culture de l’entreprise

Choisir de rejoindre une entreprise, c’est devenir un véritable ambassadeur du projet qu’elle porte. Mieux vaut donc bien être en accord avec les valeurs qu’elle prône en externe… comme en interne. On vous file quelques tips pour bien vous renseigner : 

Si l’entreprise a déjà connu des périodes difficiles, récoltez des informations sur la fréquence des crises et sur la manière dont elle les a gérées.

Si vous ne l’avez pas encore fait, informez-vous sur les valeurs véhiculées par l’entreprise. Il est important de vérifier sa réputation et donc de jeter un œil aux potentiels articles sur le sujet. 

Notre conseil : baladez-vous sur leur site internet et sur leurs réseaux. 

Une autre mine d’or d’information sur le sujet, ce sont bien sûr les collaborateurs ! En même temps qui de mieux placé pour parler de l’entreprise que quelqu’un qui y bosse au quotidien ? Vous pouvez tout à fait échanger avec l’un d’entre eux pour avoir un point de vue interne. 

Attention aux postes avec un turnover élevé : c’est souvent signe d’un problème de management ou d’environnement de travail. Et pour récolter cette information, prenez un café avec l’un des membres de votre potentielle future équipe ou un ancien collaborateur passé par le poste – il pourra certainement vous en dire plus. 

Les avantages 

Ça peut clairement tout changer. Parce que oui, lorsque vous signez un CDI – vous ne signez pas seulement pour un salaire, mais aussi pour tous les avantages qui vont ou ne vont pas avec. Vous devez donc absolument être au clair sur ces derniers avant d’accepter une offre d’embauche. 

Il y a d’abord les avantages obligatoires comme les congés. Selon votre convention collective et votre contrat, le nombre de ces derniers peut évoluer, qu’il s’agisse de congés payés ou de RTT. Maintenant que vous êtes sur le point de vous engager, assurez-vous d’être bien au clair sur le nombre de congés payés et RTT auquel vous avez droit. 

Dans les privilèges obligatoires, il y a aussi la mutuelle, la prévoyance ainsi que la prise en charge d’une partie de vos transports en commun. Si vous ne voyez rien dessus sur votre contrat, contactez tout de suite votre futur employeur pour en parler avec lui avant de signer.  

L’entreprise est libre de choisir les avantages sociaux qu’elle veut proposer en plus à ses salariés.

Par exemple : 
  • Les tickets restaurant : cet avantage vous demande de contribuer d’une partie, directement déduite de votre paie, ce qui réduit votre salaire à la fin du mois. Seulement, si votre entreprise a choisit un montant élevé sur vos tickets restaurants, cela peut représenter un réel bonus de salaire tous les mois. 
  • Le télétravail : Depuis la crise sanitaire, il a été instauré dans de nombreuses entreprises. Il peut être indiqué dans le contrat et donc mis en place de façon permanente ou simplement proposée aux salariés lorsqu’ils en ont envie et besoin. Aujourd’hui, les entreprises le précise souvent dans leurs offres d’emploi. 
  • Le matériel : ordinateur, téléphone ou même véhicule de fonction. 
  • Les avantages divers tels que les snacks et les réductions proposées comme les places de cinéma, de concert, l’abonnement de sport sont un vrai plus. 

Certaines entreprises vont même plus loin sur le sujet. Alan a mis en place les congés illimités, Welcome to the jungle… Les initiatives marques employeurs sont de plus en plus nombreuses et les entreprises redoublent de créativité pour engager leurs collaborateurs. 

Négocier son salaire

Tout travail mérite salaire. Première chose que vous devez avoir en tête : n’ayez pas peur de parler d’argent. Ce qui compte pour bien le faire, c’est déjà d’avoir conscience de votre valeur sur le marché. 

Ce salaire, il se négocie bien sûr avant la signature du contrat. Et pour éviter toute mauvaise surprise, assurez-vous de parler la même langue que votre recruteur : en brut/net, annuel/mensuel. Les entreprises réfléchissent quasiment toujours en brut. 

À vous de faire le calcul ensuite pour savoir combien vous aurez dans votre poche à chaque début de mois. 

Après le sujet du fixe, viennent se poser les questions suivantes : 

Prime ou variable : 

Lors de votre entretien, on vous a parlé d’un variable et vous ne voyez rien sur le contrat ? C’est normal. Sachez que vos primes ou vos variables ne sont pas systématiquement inscrits dans vos contrats. Néanmoins, on vous recommande de poser la question ! Renseignez-vous sur la manière dont les variables sont calculées, afin d’éviter les mauvaises surprises plus tard. Ensuite, la balle est dans votre camp. À vous de tout donner pour atteindre vos objectifs et augmenter votre salaire chaque mois. 

Un 13ème mois ?

 Le treizième mois est une prime exceptionnelle que l’entreprise verse en fin d’année. Elle représente l’équivalent d’un mois de salaire. Ce n’est pas quelque chose d’obligatoire, et son versement dépend des entreprises et des conventions collectives. Cela peut paraître avantageux, expliqué comme cela, mais attention : certaines entreprises vous proposent une rémunération annuelle sur treize mois. Le treizième mois devient alors non pas une prime, mais un rattrapage des mensualités perçues depuis le début de l’année ! Pas forcément un bon plan donc, sauf si vous voulez faire de l’épargne forcée…  

Participation/Intéressement :

Ces deux avantages sont mis en place uniquement dans les entreprises d’une certaine taille. Il s’agit d’une manière simple et collective de partager avec les salariés les succès et les bénéfices de l’entreprise réalisés sur l’année. Lorsque l’entreprise performe, tout le monde en profite !

Attention, par contre, ces compléments de rémunération sont versés sous forme d’épargne obligatoire. Vous ne pourrez donc pas débloquer cet argent quand vous voudrez. 

BPCE : 

Vous ne connaissez pas ? C’est normal. Les Bons de Souscription de Parts de Créateur d’Entreprise sont généralement proposé lorsque l’on rejoint une start-up. 

Lorsqu’elle lance son activité, l’entreprise peut vous proposer de vous intéresser à son capital pour compenser votre salaire qui est souvent moins élevé que vous le souhaitiez. Cela permet de fidéliser ses nouveaux salariés, car cet avantage est intéressant sur le long terme ! Pour plus d’informations, on a écrit un article qui vous explique tout. 

Et bien sûr, dans tous les cas, n’hésitez pas à prendre un ou deux jours pour réfléchir à la proposition globale avant de donner votre réponse définitive. 

Et puis si après réflexion, vous vous rendez compte que vous préférez refuser le poste, ne culpabilisez pas. Mieux vaut s’en rendre compte maintenant que les premiers jours. Gardez en tête qu’on peut tous se tromper et que ne pas valider sa période d’essai n’est pas une honte. 

Maintenant que vous savez tout, vous n’avez plus qu’à signer ! Si on ne vous transmet pas nécessairement votre contrat avant votre premier jour, pas de panique, les éléments principaux sont tous présents dans la promesse d’embauche. Si vous êtes encore à la recherche de votre voie, nous vous proposons une après-midi sur mesure de coaching.

Inscrivez-vous à la Elinoï Academy

Inscrivez-vous sur elinoï
Partagez cet article sur vos réseaux sociaux