Diplôme, expérience, personnalité : ce que regardent les startups à l’embauche

Diplôme expérience personnalité entretien

Nous sommes tous passés par là. Qui n’a jamais été pris de doutes et de questionnements à l’approche d’un entretien d’embauche qui nous tenait particulièrement à cœur ? « Suis-je suffisamment expérimenté dans le domaine ? Va-t-on s’attarder sur mon parcours éducatif ? Ma personnalité va-t-elle faire la différence ? » Entre diplôme, expérience et personnalité, penchons-nous de plus près sur ce que regardent vraiment les startups à l’embauche.

Le diplôme, important en startup ?

Ce sont nos compétences humaines personnelles qui permettent d’obtenir un emploi et… de le garder. Toutefois, il ne faut pas sous-estimer l’importance du diplôme dans l’obtention de l’entretien. En effet, le diplôme reste la première information que donne notre CV sur nos compétences. Il témoigne avant tout de notre capacité d’apprentissage, et il est en quelque sorte l’aboutissement de tout notre cursus scolaire.

Cependant, gardons à l’idée que le diplôme ne vaut rien sans les compétences humaines qui l’habillent. En startup, le diplôme n’agit plus comme une barrière à l’entrée, une tendance qui se vérifie aussi du côté des grandes entreprise d’après Le Figaro. Certes, être passé par une Grande École permettra au recruteur de supposer une bonne capacité d’apprentissage et de la rigueur, mais c’est à peu près tout ce qu’il pourra tirer de cette information. Dans les faits, il préférera tester les talents en direct, grâce à des questions ou des mises en situation appelant à une réaction du candidat… qui pourra s’avérer très surprenante !

Dans la lignée de leurs voisines outre-atlantiques, la majorité des startups françaises affirment aujourd’hui qu’elles s’intéressent d’abord à ce que vous pouvez faire — et à ce que vous pourrez apprendre.

L’expérience est-elle vraiment valorisée en startup ?

L'expérience en entretien d'embauche

L’expérience est bien évidemment déterminante pour décrocher un poste en startup. Elle retrace le parcours professionnel du candidat, et ce, même pour de jeunes diplômés, à travers leurs stages, alternance ou expériences de bénévolat.

L’expérience souligne tout d’abord un savoir-faire et une maturité dans un domaine donné. C’est un élément non négligeable pour la startup, qui pourra s’appuyer directement sur les compétences du salarié dès son arrivée, et donc tabler sur son efficacité. Ensuite, l’expérience en dit long sur la personnalité du candidat. Des voyages en solitaire peuvent par exemple témoigner d’une certaine audace et d’une ouverture d’esprit. Un projet entrepreneurial sera également fortement apprécié dans une jeune pousse à la recherche d’un esprit agile, intelligent et prêt à relever d’énormes challenges.

La personnalité : clé d’entrée pour rejoindre une startup ?

Les «compétences comportementales» (ou «soft skills») ont toujours été évaluées naturellement en entretien. Néanmoins les entreprises de la Tech privilégient la personnalité des candidats par rapport à d’autres critères plus traditionnels, car leur croissance est générée par des équipes internes soudées et déterminées à réussir ensemble. C’est pourquoi certaines startups telles que Payfit ou Alkemics ont décidé d’y accorder une importance de premier plan, en vérifiant systématiquement que le candidat a le bon état d’esprit pour intégrer l’équipe déjà en place. Dans les faits, ce “team fit” peut être mesuré lors de moments informels organisés avant l’embauche. Après tout, boire un coup avec vos futurs collègues est une façon pour vous comme pour eux de sentir si le courant passe !

« The right fit » : trouver l’adéquation parfaite entre startup et candidat

Si l’entretien est vu comme un instant décisif pour le candidat en startup, il l’est tout autant du côté du recruteur ! En effet, s’il se trompe dans le choix du profil retenu, cela peut représenter une lourde perte pour la startup : financière bien sûr, mais également humaine.

Pour un recruteur en startup, la personnalité d’un candidat détermine un état d’esprit, qui vient compléter des compétences sur le papier. Vous êtes tenace, entrepreneur, débrouillard, orienté solutions ? Faites en sorte que la personne en face de vous s’en rende compte ! Zappos (grand-frère américain de Zalando) paie un chauffeur pour conduire le candidat depuis la gare jusqu’à la salle d’entretien. Une fois celui-ci terminé, le recruteur s’informe auprès du chauffeur quant à l’attitude du candidat lors du trajet. Grossier ? Malpoli ? Alors c’est un refus. 

En tant que candidat, apprenez à bien vous connaître pour savoir mettre en lumière certains aspects de votre personnalité qui pourront faire la différence en entretien. Cela dit, attention à toujours appuyer vos dires sur un exemple concret. Si dans votre précédent job vous jongliez entre de nombreuses missions dont certaines sortaient de votre domaine de compétence, c’est un élément à mettre en avant. Cela démontre votre polyvalence et débrouillardise, deux qualités très prisées en startup.

En tant que recruteur, il faut laisser l’opportunité au candidat de montrer autre chose que ses diplômes et prendre le temps de le connaître pour savoir si le matching est complet. Ses attentes, ses aspirations sont-elles conforment aux missions qui vont lui être proposées ? Il est primordial de se poser ces questions afin d’éviter une frustration qui desservira les deux parties. Attention, néanmoins, à ne pas toujours trop en demander ! S’il est vrai que certains jobs (sales, C-level etc.) demandent une forte appréciation de la personnalité, d’autres nécessitent des compétences techniques précises qui priment sur le reste. Il est donc nécessaire pour un recruteur d’arbitrer sur l’importance donnée à la personnalité, selon le job et les missions proposées.

En deux mots ?

Tous les aspects d’une candidature comptent car c’est l’ensemble qui permet de savoir si l’adéquation entre candidat et entreprise est complète. Mais in fine, c’est la personnalité qui fera la différence entre deux candidats du même gabarit. Pourquoi ? Simplement car un candidat est un humain dont les réactions, le tempérament et les émotions vont avoir un impact direct sur son travail et le moral des équipes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *