Entreprises et entrepreneurs, ne vous laissez pas contaminer, contaminez.

rédigé par David Simeoni - 19 mars 2020
Retour

Si vous lisez cet article aujourd’hui, c’est que comme moi vous n’êtes pas médecin. Vous ne pouvez donc pas lutter directement contre le fléau sanitaire en cours. Mais si les médecins sauvent des vies, beaucoup d’entreprises et d’entrepreneurs ont le pouvoir de sauver la vie non pas d’individus mais de la dynamique tellement positive qui s’est créée depuis quelques années en France et ailleurs.

Une dynamique de création d’entreprises et d’emplois, d’initiatives, d’action, de positivité et de diversité (même si le chemin est encore long ici) : plus d’1 français sur 4 souhaite désormais créer son entreprise (source Opinionway). Les femmes dirigeantes de startups ont levé 239 millions d’euros en 2018, 68% de plus qu’en 2017 (source KPMG) et un fonds public de 5 Milliards créé en septembre 2019 pour soutenir le développement des startups et que Paris devienne le futur Nasdaq européen.

Une dynamique d’optimisme. Une forme de renaissance. Et dans renaissance il y a naissance, donc vie.

Cette forme de vie ne pourra être préservée que si et seulement si les entreprises, leurs leaders et leurs collaborateurs décident de ne pas céder à la panique et de maintenir leur confiance en l’avenir. Chaque jour, nous décidons chacun à notre échelle et de façon tellement cruciale de continuer de transmettre les bons messages, de nous maintenir debouts et actifs face aux adversités. Et ça passe par des choses simples et très concrètes, de court terme : 

  • communiquer beaucoup et de façon claire et transparente
  • entretenir une dynamique d’équipe, même à distance
  • fixer et au besoin réajuster des objectifs individuels et collectifs

Même si l’incertitude actuelle laisse planer un doute sur leur atteinte, c’est le fait de les fixer qui maintient les fils de l’optimisme et de la détermination tendus et maintient éloigné un attentisme coupable.

Les individus comme les groupes, et donc les entreprises, se disent toujours que l’impossible ne leur arrivera jamais car par définition c’est impossible, c’est irréel et inhumain.Aujourd’hui, nous (re)découvrons qu’un impossible non souhaitable se matérialise. 

Pourquoi alors ne pas imaginer qu’un impossible souhaitable puisse se réaliser ?

Je n’ai jamais vu autant de manifestations de solidarités interindividuelles, interentreprises et même étatique que ces derniers jours. La situation diffère radicalement en ce sens de la crise des subprimes où la première avalanche avait déclenché des paniques individualistes, ayant elles-mêmes menées à des faillites en série. L’Etat n’a pas attendu une semaine avant de créer une enveloppe de 300 Milliards pour garantir les prêts aux entreprises et annoncer le déplafonnement du chômage partiel. Notre banque a été d’une réactivité et d’une bienveillance extraordinaires, et notre expert comptable nous a de lui-même proposé de décaler le paiement de ses honoraires alors que nous n’avons aucun problème à les payer et qu’il prend le risque de se mettre lui-même en difficulté, et nous proposons nous-mêmes à nos plus petits clients de temporiser quelques semaines et sur le gage de leur bonne foi pour régler de leurs factures !

Et ça aussi n’aurait jamais été jugé possible il y a encore quelques semaines.

Solidaires et non Solitaires.

 

Ce sont les mots du Président Macron destinés aux français, et ils s’appliquent bien sûr aux entrepreneurs. Car garder la confiance est fondamental pour limiter le risque d’un effondrement économique généralisé. J’entends certains qui loin d’être en danger de mort commencent à couper des budgets, couper des projets, entamer des plans de licenciement ou geler des embauches car “on ne sait pas ce qu’il peut se passer”. 

On ne sait jamais ce qu’il peut se passer, et ce dans n’importe quel sens. Couper le moteur en attendant de voir, c’est produire avec certitude les effets que l’on redoute.

Chez elinoï, nous avons fait le choix de ne pas nous laisser contaminer par les peurs qu’engendrent le virus. Nous mesurons bien sûr les risques et les réévaluons chaque jour, nous adaptons naturellement nos plans et nos façons de travailler à vitesse V. 

Néanmoins, nous avons décidé de maintenir tous nos emplois ainsi que les promesses d’embauche faites avant le confinement. Et nous continuerons de recruter. 

Nous contaminerons ! Nous continuerons de vivre et de le faire en équipe, confinés ou pas, et ferons tout pour que notre optimisme contamine tous nos talents, nos clients et ceux qui ne le sont pas, nos partenaires, ceux qui liront cet article … 

Au-delà de n’importe quel aspect financier ou objectifs personnels, c’est là notre engagement principal car c’est celui qui nous rendra fiers et meilleurs une fois l’orage passé car il passera. Et nous sommes convaincus que c’est par cet engagement que l’orage passera d’autant plus vite pour tous.

Inscrivez-vous sur elinoï
Partagez cet article sur vos réseaux sociaux