Startups vs grands groupes: notre analyse

Un article à propos de l’emploi chez France Télévision a récemment retenu notre attention chez elinoï. Il annonce que sur ses 8826 employés, seuls 2,5 % ont moins de 29 ans, et plus d’¼ a plus de 55 ans, une proportion détonnant pour nous car dans notre milieu d’expertise, les startups, la proportion est inversée.

Grand groupe vs Startup : un combat perdu d’avance pour attirer les potentiels de demain ?

France TV identifie (à juste titre) cet inversement de la pyramide des âges comme un facteur pénalisant sa compétitivité sur le long terme, d’autant plus dans un contexte de renouveau de la consommation télévisuelle.

France TV doit donc mettre en place des actions à fort impact sur la composition de ses effectifs séniors pour 2019, pour répondre au plan de transition numérique imposé par le gouvernement, et se met ainsi à dos les institutions syndicales, dirigées elles aussi par les seniors des entreprises …. Un joli combat s’annonce donc pour France TV en 2019, qui aurait pu être simplement évité avec plus d’anticipation.

Ainsi, il est devenu vital pour le marché du travail et plus généralement pour maintenir une paix sociale, de s’atteler au plus tôt au sujet du rajeunissement des effectifs dans les grands groupes français.

Grandes entreprises et innovation : peu de renouvellement des générations?

1er constat : En parallèle du vieillissement de la population, la pyramide des âges s’inverse dans les entreprises emblématiques françaises, laissant peu de place au renouvellement en âges et en innovation.

L’exemple alarmant de France TV n’est malheureusement pas un cas particulier, et le vieillissement de la population rend évidente la question de l’emploi des seniors. A un moment où l’âge de la retraite recule, la question n’est donc évidemment pas de se passer de nos seniors. Non, Le véritable enjeu est de libérer budget et projets pour inclure à court terme plus de jeunes.

Que recherchent les jeunes actifs aujourd’hui, ou pourquoi les Startups attirent autant ?

2ème constat : Les jeunes actifs revendiquent d’allier cadre de vie au travail et projet engageant, et ne semblent pas trouver leur bonheur dans les grandes entreprises françaises.

Peut-être vous êtes-vous posé la même question que nous face à la volonté de France TV de recruter des jeunes tournés vers le numérique : mais comment vont-ils réussir à attirer ces jeunes talents ?

Chez elinoï, nous rencontrons tous les jours des personnes arrivant sur le marché du travail, pleines d’idées, d’ambition et de dynamisme, et dont le but premier est de trouver LE projet dans lequel s’impliquer.

La startup ne se présente pas à eux comme un but en soi, mais comme un espace dans lequel ils pourront mettre à profit leurs compétences à court terme, en répondant à leur manière d’appréhender le travail.

Selon le rapport 2017 d’accenture Strategy, seul un jeune sur quatre souhaite rejoindre un grand groupe à la sortie d’école. Le choix d’un premier emploi n’est pas encore guidé par un besoin de sécurité et de stabilité, mais par la volonté d’apprendre, de pouvoir mesurer son impact dans le projet, de se sentir impliqué et productif.

Nous le voyons tous les jours, le cadre pèse aussi dans l’équation : le management horizontal, la taille plus “humaine” de la structure, l’agilité, sont autant d’arguments en faveur des startups car ils offrent une plus grande liberté et flexibilité.

Quelles sont les “bonnes raisons” de rejoindre un grand groupe?

Constat 3 : le grand groupe a encore de nombreuses choses à proposer aux jeunes, qui continuent de les rejoindre, mais pour les mauvaises raisons.

Nombre d’entreprises emblématiques, à l’instar de France TV se lancent dans des plans de modernisation, favorisent l’intrapreneuriat et proposent des projets impactants et implicants répondant à un véritable besoin.

Cependant, le grand groupe reste surtout perçu comme la valeur sûre en termes de stabilité et de perspectives. La même étude indique que dès la seconde expérience, un jeune aura davantage tendance à considérer la grande entreprise (⅓) pour des raisons principalement matérielles de stabilité financière, de mobilité, de programmes de formation etc.

Ainsi les jeunes actifs rejoignent les grands groupes mais… pour les mauvaises raisons, et semblent devoir concéder l’engagement sur l’autel de la sécurité… A tort donc.

Selon les critères présentés plus haut, la grande entreprise peut donc répondre au désir des jeunes actifs par ses projets renouvelés, le besoin universel de stabilité, mais toutes ne s’illustrent pas encore dans la modernisation des méthodes de travail, de management, de procédures etc. Si le fond est attractif, la forme pêche encore par son absence.

L’ironie dans tout cela, est que des groupes comme France TV, Casino, Cdiscount etc. proposent des projets intrapreneuriaux passionnant, mais sont peu attractifs sur le papier du fait d’une communication trop pauvre, quand des géants comme LVMH, L’Oréal, Amazon, Google, restent à la tête des classements des entreprises qui attirent les jeunes.

Et ceux-ci sont les premiers à les quitter pour s’inscrire sur elinoï au bout de 3 ans car ils n’ont pas réussi à mesurer leur impact dans le projet de ces entreprises.

Que préconiser aux entreprises voulant attirer les jeunes talents qui se tournent vers les Startups ?

Le plus important est d’identifier les projets à fort impact nécessitant des nouvelles idées et porteurs de la croissance de demain. On le voit chez elinoï, un bon Talent aura toujours plusieurs offres à sa portée, et choisira rationnellement celle qui lui vendra un projet concret, utile et soutenu financièrement.

Le contexte de la mission (la forme), est, on l’a vu, aussi importante que le fond : offrir responsabilisation, autonomie, flexibilité et surtout agilité dans le système de décision.

Enfin, la communication est évidemment la clé pour attirer les meilleurs talents.

Pour les entreprises historiques, il est vital de moderniser la marque employeur, de réussir à atteindre les jeunes actifs dans les médias qu’ils utilisent, et de refondre la communication : sur les descriptions de jobs, les sites employeurs, accéder aux classements mesurant le bonheur en entreprise etc.

Ainsi les groupes français qui emploient des milliers de personnes en France doivent absolument anticiper leurs besoins en jeunes actifs pour ne pas se retrouver avec la pyramide déséquilibrée de France TV. Pour ce faire, il leur reste de nombreuses cordes à leurs arcs, et les axes d’amélioration sont davantage sur la forme que sur le fond. Qui refuserait de s’impliquer dans un projet engageant et entrepreneurial offrant autant de mobilité interne, de fonds, et de perspectives ?

Reste à savoir communiquer et moderniser les méthodes de travail. Et de nombreux nouveaux acteurs peuvent les y aider !

👉 Si tu souhaites t’inscrire sur elinoï et bénéficier de nos Talent Coach elinoï, c’est gratuit et c’est ici.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *