« Il est très important […] d’être toujours à la recherche d’inspiration ! »

Maria Startup UX UI

Après une formation UX-UI chez Ironhack, Maria a rejoint Supermood. Elle nous parle de son parcours :

Hello Maria, chez elinoï on te connait, mais pour nos lecteurs, peux-tu donner quelques éléments de contexte : qui es-tu, que fais-tu dans la vie?

Actuellement, je suis product designer chez Supermood à Paris : leur mission est de mesurer l’engagement des gens dans les entreprises, de permettre aux collaborateurs de s’exprimer, et de donner les clefs aux RH/Managers pour mettre en place les bonnes actions. Avant ça, j’ai fait une école de communication visuelle (ECV), pour ensuite être directrice artistique dans une agence de publicité (Rosapark) pendant 4 ans. J’ai décidé de quitter l’agence en Juin dernier, et de sortir du monde de la publicité qui ne me correspondait pas tout à fait. Après une période de questionnements et de recherche (et de voyages !), je me suis intéressée à l’UX-UI design qui semblait bien correspondre à ce que je recherchais pour m’épanouir professionnellement. Mon intuition s’est confirmée lorsque j’ai fait la formation Ironhack en UX-UI de début Janvier à fin Mars. Je suis maintenant chez Supermood depuis 1 mois !

Quelle est la différence entre un graphiste / Directeur Artistique et un UX-UI Designer selon toi?

J’ai l’impression qu’il y a énormément de débats là-dessus. Je pense qu’il y a plusieurs manières de voir les choses, et je ne suis pas sûre qu’on puisse avoir des définitions exhaustives de tous ces métiers. Mais parlons déjà des points communs :

Déjà, le design, bien sûr. Je pense que dans tous ces métiers il faut être capable d’avoir une vraie vision en termes de design.

Ensuite, la curiosité et l’ouverture : il est très important dans ces professions d’être toujours à la recherche d’inspiration, d’observer ce qui se fait, de lire, de s’informer, de se nourrir d’informations, d’images.

Je vais essayer d’expliquer ce que chaque métier veut dire selon moi :

  • Un DA/graphiste travaille souvent pour un client (du moins en agence), il n’est donc quasiment jamais en relation avec les utilisateurs/consommateurs finaux. Il est garant de la cohérence d’un projet dans sa globalité, de la cohérence du projet avec l’identité de la marque et doit répondre aux demandes des clients. Un DA est créatif, il doit user de son imagination pour trouver des idées visuelles. À mon sens, un DA se sert beaucoup de son intuition, et est capable de convaincre une équipe et des clients d’adopter ses idées s’il y croit vraiment.
  • Un UX-UI designer est là pour concevoir une expérience centrée sur les utilisateurs. Il est donc constamment à la recherche d’informations sur les utilisateurs, leurs besoins, leurs envies, leur comportements, leur perceptions. L’idée est d’avoir un produit final qui soit le plus adapté à de vrais besoins, qui puisse résoudre des problèmes soulevés par les utilisateurs, et qui offre une expérience la plus intuitive possible. L’UX-UI relève donc plus des domaines de la psychologie et de l’ergonomie. Un UX-UI designer teste sans cesse son design et se nourrit des retours des utilisateurs pour le faire évoluer, et s’intéresse à leurs expériences du produit.

Il y a aussi une différence entre être uniquement UX, uniquement UI ou les deux ! L’UX designer est centré sur l’expérience et le parcours utilisateur et fait des recherches en amont, tandis qu’un UI designer est responsable de la manière dont les éléments vont apparaître dans le produit. Pour moi ce sont deux métiers complémentaires et je préfère la dénomination “product designer”.

Comment la formation UX-UI chez Ironhack a changé tes talents professionnels?

En arrivant chez Ironhack, je me suis naturellement dit que j’allais avoir une appétence pour l’UI (Interface utilisateur) car c’est ce qui se rapproche le plus de ce que je faisais avant. Mais c’était avant de découvrir l’UX (expérience utilisateur). Lors de la formation, au-delà de toutes les méthodes de design thinking, d’apprendre à faire des interviews, des surveys, du brainstorming et à concevoir des prototypes, j’ai surtout appris à être empathique, à m’intéresser profondément aux utilisateurs, à me remettre en question sans cesse. J’ai également appris à mener des projets de A à Z et à travailler de manière méthodique.

Tu es maintenant product Designer chez Supermood : comment elinoï t’a accompagnée pour trouver ce nouveau job?

Lors de notre dernière semaine chez Ironhack, nous avons eu la “Hiring week”. Le principe : rencontrer un maximum d’entreprises qui cherchent à recruter, mais aussi des startups comme elinoï dont la mission est d’aider des talents à trouver le job qui correspond à leurs envies, leurs motivations, leur personnalité. J’ai donc d’abord passé un entretien avec elinoï pour voir si mon profil correspondait bien à ce qu’ils recherchaient. Une fois intégrée au Talent Club, j’ai très vite reçu des offres personnalisées, et je suis tombée sur celle de Supermood. J’ai indiqué sur le site que l’offre m’intéressait et j’ai été contactée par Héloïse pour en discuter. Elle m’a briefée sur tout le process de recrutement, sur les valeurs de Supermood et sur leur produit.

Cet échange m’a été très utile car il m’a permis d’être beaucoup plus à l’aise lors de mon premier entretien téléphonique avec Supermood. elinoï a ensuite suivi tout le processus de recrutement jusqu’à ce que je signe le contrat. C’est rassurant de se sentir accompagnée tout au long des étapes de recrutement, surtout quand on fait une reconversion et qu’on passe d’une agence à une startup !

Quels conseils donnerais-tu à un DA qui travaille en agence qui souhaite faire le switch vers un produit web en startup?

Je pense que la première étape est d’être sûr que c’est vraiment ce qui nous intéresse. Il ne faut pas se dire “allez je vais faire de l’UX-UI parce que c’est à la mode et que ça a l’air de bien marcher quand on met ça sur LinkedIn”. Comme je le disais plus haut, ce n’est pas le même métier et on passe beaucoup de temps à faire des recherches et à faire de l’idéation versus faire des maquettes finales. Il faut s’informer, assister à des conférences et des meetups, et parler à des gens qui font ça pour comprendre profondément le métier et le quotidien des designers. Selon moi, avoir été DA est utile quand on devient UX-UI designer (surtout UI designer), mais c’est un vrai challenge de se détacher du côté très visuel. On peut avoir tendance à très vite visualiser la finalité du projet, commencer à parler visuels, typos, couleurs etc.. Chez Ironhack, nous n’étions que 3 personnes sur 10 à avoir eu un background de graphiste/DA, et ça ne fait pas des autres de mauvais designers : bien au contraire!

Et sinon, il faut être curieux et s’intéresser à ce qui se passe autour de nous ! Le monde va tellement vite, les gens et les choses évoluent, il y a tous les jours des produits, des projets, des inventions brillantes, et je pense que c’est très important de rester très humble et de se dire qu’on aura toujours une énorme marge d’évolution et d’apprentissage. Heureusement d’ailleurs sinon on se lasserait très vite!

Merci infiniment pour tes réponses très intéressantes Maria, à bientôt! 

Lire aussi : Mathilde Le Bault, Head of Growth chez Marton France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *